Rechercher

L'intestin, notre deuxième cerveau

Mis à jour : 10 déc. 2020

La boule au ventre,

Avoir la peur au ventre,

Y mettre toutes ses tripes,

Ne vous est-il jamais arrivé d'avoir envie de vomir de trac ?

Avez-vous déjà eu des papillons dans le ventre?

Ces quelques expressions que nous utilisons sans y prêter attention recèlent d'indice.

Le ventre est le siège de nombreuses émotions et semble y réagir.

Et pour cause.


Avec 200 millions de neurones présents au niveau de l’intestin, ce système nerveux entérique communique de manière étroite avec le système nerveux central ce qui en fait notre deuxième cerveau.


Plus récemment, des études ont suggéré qu’en plus de ses fonctions #métaboliques et #immunitaires, le #microbiote intestinal prendrait également part à la communication entre l’intestin et le cerveau et influencerait le fonctionnement cérébral.


Aujourd’hui, les chercheurs se penchent sur les liens possibles entre un déséquilibre du microbiote intestinal et certains troubles psychiques : #stress, #dépression mais aussi maladies neurodégénératives (Parkinson, Alzheimer…).


Le microbiote sert à la maturation et la stimulation des défenses immunitaires. En tapissant les cellules épithéliales de la paroi des intestins, notre flore garantit l'intégrité de la barrière intestinale et intervient sur la perméabilité intestinale.

Lorsque notre flore intestinale est déséquilibrée, nous parlons de dysbiose. Son impact sur la santé peut alors être multiple : fatigue, diarrhées, constipation, ballonnements, déficit immunitaire ou troubles de la digestion. Mais aussi certaines maladies plus sérieuses précédemment évoquées.


L'enjeu est donc de s'éduquer à préserver un microbiote sain.


Quels sont les principaux facteurs de déséquilibre?


L'alimentation


Un article paru dans la revue de renom Nature Reviews Immunology démontre que l’alimentation occidentale, riche en produits transformés, joue un rôle capital dans les phénomènes d’inflammation de bas grade.

Pour bien comprendre, schématisons rapidement : l’inflammation est un processus naturel de défense du corps humain, lui permettant de se débarrasser des substances étrangères et de réparer les tissus lésés. Lorsque cette inflammation devient permanente, elle passe du physiologique au chronique. Et quand elle se développe très progressivement, en restant à des niveaux faibles : c’est l’inflammation de bas grade.

Une alimentation riche en sucres, en acides gras saturés, en sel et en additifs alimentaires, une consommation régulière ou excessive d'alcool, le tabagisme, favorisent cet état inflammatoire, associé à un dérèglement du système immunitaire.


Le stress


L’axe intestin-cerveau est un système de communication bidirectionnel qui comprend les systèmes nerveux central et entérique, qui font le lien entre les centres émotionnel et cognitif du cerveau et les fonctions périphériques intestinales à l’intérieur du système gastro-intestinal. La connexion intestin-cerveau lie l’exposition au stress chronique avec les répercutions au niveau du tractus gastro-intestinal.

L’interaction entre les signaux de stress et le microbiote intestinal démontrent que les bactéries peuvent répondre aux signaux de stress des hormones appelées catécholamines à l’intérieur du corps, lesquelles influencent directement la croissance et la virulence des bactéries pathogènes. En faisant basculer l’équilibre vers des bactéries négatives, ces changements peuvent mener à la dysbiose du microbiote.



Les antibiotiques


Les manifestations cliniques d’une dysbiose peuvent survenir pendant, après et même

un certain temps après une antibiothérapie. Elle se manifeste en général par des troubles digestifs ; le plus fréquent étant la diarrhée.

Comme le microbiote met en moyenne deux mois à retrouver son équilibre et que la diarrhée est difficilement gérable sur la durée, de nombreux médecins prescrivent simultanément antibiotiques et probiotiques.


Vous l'aurez compris, un mode de vie sain, une alimentation équilibrée riche en fruits et légumes de préférence bio, une activité physique régulière et un sommeil réparateur sont les principaux ingrédients d'un microbiote en bonne santé.


En cas de désagrément digestifs après quelques excès, avant/pendant un voyage à l'étranger ou pendant un traitement antibiotiques, les probiotiques constituent un excellent moyen de prévenir le déséquilibre de la flore intestinale en repeuplant l'intestin avec de bonnes bactéries.


Nous recommandons Optiflor, un complexe de 8 souches titré à 14 milliards de micro-organismes par gélules.



7 vues0 commentaire

BOOSTER LIFE

AIDE

LIVRAISON ET RETOURS 
POLITIQUE DU MAGASIN
MÉTHODES DE PAIEMENTS 
FAQ

CONTACT

contact@booster-life.com

Booster Life SAS

120 rue Jean Jaurès

92300 Levallois Perret

RESTEZ INFORMÉS

Les informations présentées sur ce site le sont à titre purement informatif.
Elles ne sauraient se substituer à l’avis d’un professionnel de santé.

Les produits commercialisés ne sont pas des médicaments mais des compléments alimentaires qui ne doivent pas se substituer à une alimentation variée et équilibrée.

Ne pas laisser à la portée des jeunes enfants. 

Comme avec tout supplément nutritionnel, consultez un professionnel de santé avant de les consommer si vous êtes enceinte, allaitez ou si vous avez un problème de santé

 


Tous droits réservés© 2020 by Booster Life. Mentions Légales.